mardi 22 novembre 2011

252 mails non lus

Si vous ne prenez pas la précaution de couper le haut-parleur de votre PC, cela fait « Ding » à chaque e-mail reçu. En plus, sur le mien, une vicieuse petite fenêtre apparaît en bas à droite de l’écran, tel un petit fantôme évanescent, au moment tragique où je reçois ce message. Le regard lâche l’interlocuteur, attiré par un rectangle de couleur. Le nom de l’expéditeur surgit, ainsi que le sujet de sa requête. Flûte ! Je réponds ? Mais comme this is complexe, je remets l’e-mail en « non lus ». Entretemps, j’ai été traîner dans une réunion prodigieusement ennuyeuse et ma boîte de réception continue à se remplir aussi vite que la banquise fond. Alors que faire ?
Tout lire ? Impossible au risque de finir sa journée alors que les lumières se coupent dans vos bureaux et de croiser l’homme de sécurité qui fait ses rondes tout en lisant son courrier électronique lui aussi, un écran pâle éclairant son visage buriné et malien d’une lueur bleuâtre.
Tout effacer ? Très tentant ! Accuser les méandres insondables d’une informatique toujours un peu défectueuse est une possibilité. Personne ne contestera que l’erreur 404 est au coin du bois, le coup du « unavailable STP HTML bêta Onyx v 2.4.2 » est furieusement crédible.
Tout transférer ? Personnellement, c’est une rustine que j’utilise beaucoup, remède artificiel d’une folie collective à répétition et d’itérations pipotronesques de tâches absurdes comme de retards permanents. Que veut dire cette phrase pompeuse ? En clair, passer le singe à un collègue ou un fournisseur sous pression, ça marche une fois sur trois. Ou peut générer des tas de « chaînes » d’e-mails tout aussi dévoreuses de temps. Noooon !
Nous voilà dans la « mailasse » jusqu’au cou, je ne sais plus trop quoi vous conseiller.
Ding, non ?    

Aucun commentaire:

Publier un commentaire