mardi 29 novembre 2011

Dystopie 2052

Le système capitaliste est universel et incontestable. Les multinationales dont le capital appartient aux retraités qataris se révèlent très performantes. Paris : le dernier humaniste inconnu a été inhumé en fosse commune. New Delhi : une voiture électrique a été mise en marche dans une prison-atelier pour montrer ce que c’était à de petits enfants morts de rire, incultes et indisciplinés. La Chine est une mosaïque de 127 micro-états indépendants tous en guerre, peuplés de rebelles sanguinaires et de bourreaux qui arrachent toutes les langues, où il est interdit de circuler sous peine de flagellation. Aux USA, le troisième Président Évangéliste vient d’être réélu et 15 jours de carême viennent d’être décrétés. Un vieux monsieur interviewé sur un magazine 4D raconte (pour la dixième fois au moins) comment Wall Street fut sacralisé par des traders héroïques alors qu’il était un jeune militaire, à une époque où seules les petites armes à feu étaient légales dans ce pays (incroyable, mais authentique). L’Afrique dépasse de peu l’Europe en ratio d’obèses dans sa population (1 pour 15 désormais). Les motos à trois roues congestionnent les routes, des vélos introuvables sont vendus aux enchères en moyenne à 5813 eurodollars
Le climat est sec au Nord, glacial au Sud. Les banquises ont perdu leur surface à 1961%, un déséquilibre cyclonique remarquable règne sur la planète bleue. Il n’y a plus de pandas, de rhinocéros, ni de baleines et de dauphins, des équipes spécialisées font disparaître d’autre espèces avec violence. La forêt amazonienne ne recouvre plus que la surface de 5 terrains de football. D’ailleurs plus personne ne peut jouer au football en 2052, l’air étant trop pollué.
Là, je me réveille et je regarde la télévision depuis 47 minutes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire