mercredi 23 novembre 2011

L'algue verte

La candidate des écolos aux élections est une truffe. Bio, certes, mais complètement moisie. A l’Ouest, larguée, décalée, has been, perdue et surtout… perdante. Quelle rage inutile l’anime ? Mordiller les mollets de la gauche, pourquoi faire ? Eva-danl’mur, c’est par envie d’être opposante à vie ?
Cette volonté de se faire mousser, Eva-zistasse, alors que l’on représente un riquiqui 3% des intentions de vote est juste symbolique d’un esprit arrogant et d’une prétention sans limite. Agiter tout ce vent mauvais pour exiger que le nucléaire soit éradiqué dans les minutes qui suivent les élections, tout en faisant un caprice de sale gosse est prodigieusement énervant. Leurs réunions, les verdâtres, ils les ont éclairées à la bougie ? Un petit rappel, Eva-ricelle, nous les citoyens, ce qui nous préoccupe, ce n’est pas si le courant est fabriqué avec du Nitronium 238 v2.0 ou des queues de chèvres du Larzac, mais comment on va réussir à payer la facture ! Question : on se chauffe à la bouse de vache ou au radiateur à lamelles avec thermostat mis sur 10, quand il fait moins deux dehors ? Les téléphones portables, on prend une dynamo et on pédale pour les recharger ? On mange des steaks de soja froids comme des norvégiens morts ? Green-kraft, nein danke, Eva-skulère.
Si je puis me permettre, Fukushima, on s’en bat les noix OGM, because l’hexagone tremble assez peu en général, Eva-galâme. Avant que les éoliennes à bretelles (dont tu ne voudrais assurément pas à moins de 500 mètres de ton jardin plein de carottes sans couleur et de limaces qui bouffent le reste) nous sortent du mégawatt et pas des courants d’air, tes lunettes rouges seront au Musée du Cirque, au rayon clown triste.
Eva-porée, comme peut être  un jour les algues vertes des plages bretonnes ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire