dimanche 3 juin 2012

Mye, Mai-thelf, Hendaï

Mye se réveille toujours trop tôt. Mai-thelf réfléchit vraiment beaucoup. Hendaï a le sens de l’humour.
Mye est nerveux, il parle vite. L’autre jour, il a encore fait de grands gestes en parlant et « paf », le café s’est renversé. Par chance, aucun document important n’a été touché. Et puis, c’est fatigant, quelqu’un qui ne s’arrête jamais. Lui-même s’épuise certains jours et aimerait dormir une fois une nuit entière sans boire un seul verre d’eau. Son rythme cardiaque est rapide, parfois emballé. Il fait du sport et cela lui fait grand bien.
Mai-thelf est en revanche cultivé. Il connaît la Nef des Fous, Géricault, la Frise des Archers au Louvre et des tas de groupes rock pointus. Voter plus à droite que le centre gauche lui semble une hérésie et il fait des dons par virement bancaire sur le site des ONG. Jean Moulin au Panthéon avec la voix de Malraux, cela lui serre toujours le ventre.
Hendaï est un marrant. Pas un jour sans jeu de mot, astuce ou blague. Il écrit des commentaires sur Libération.fr et les Inrockuptibles ont déjà publié quelques unes de ses répliques. Il aime se déguiser et face à un peloton d’exécution, il chercherait peut être encore une dernière citation tordue. Les balles lui iraient droit au cœur.
Mye énerve un peu sa femme. Mais Mai-thelf l’adore et a transmis des tas de trucs à ses deux fils, comme Audiard, Le Bon la Brute et le Truand, Massive Attack et le poing levé des Rouges. Hendaï les fait tous rire et n’arrive même plus à les enfumer, tant ils connaissent ses vieux trucs, comme la reformulation et le changement de sujet.
Ces trois là sont majoritaires au conseil d’administration de mon âme.
Moi et Surmoi ont quelques actions et tentent parfois quelques mauvais coups, mais bon, dans l’ensemble…
Me, Myself and I.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire