mercredi 21 décembre 2011

Cadre en bois

Je mets une cravate le matin.
J’arrive toujours à l’heure.
Je vais aux réunions.
Toujours poli, bien propre, voire un peu drôle.
Je réponds aux messages, aux sms, aux coups de téléphone.
Pour les e-mails, c’est un peu plus difficile, il y en a tant. Il faut toujours finir par « cordialement » ou « best regards ».
On va à la cantine, le midi. On boit un café. On rigole un peu sous cape avec quelques collègues.
Je fais des petits tableaux avec des chiffres bien colorisés.
Je fais des petites présentations avec mes petits doigts sur Powerpoint.
Il y a des pots de départ, d’anniversaires et de fin d’année.
Les grands chefs passent comme des météorites dans le ciel étoilé. Hauts, très hauts.
Les moyens chefs essaient de devenir grands chefs.
Les petits chefs vous font remplir une grille « d’objectifs » au début de l’année, et puis une « évaluation » à la fin de l’année.
Attention à être noté dans les 80% qui remplissent leurs objectifs.
Les 10% qui sont très bien notés deviennent petits chefs.
Les 10% qui ne sont pas du tout bien notés s’en vont.
Avec le CE on a eu des bons d’achat pour Noël.
Ils ont sous-traité la compta fournisseurs en Grovaquie.
La participation devrait être correcte cette année.

Je mets une cravate le matin.
J’arrive toujours à l’heure.
Je vais aux réunions.
Toujours poli, bien propre, voire un peu drôle.
Je réponds aux messages, aux sms, aux coups de téléphone.
Hier, j’ai reçu un courrier qui me dit que j’en ai encore pour 60 trimestres à cotiser.

Ça va être long.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire