vendredi 23 décembre 2011

I hope someone gets my...


Ceci n'est pas envoyé d'un blaquebairi, encore moins d'un nifonne.

Vous venez d'ouvrir une bouteille et vous tenez en main mon message SOS. Lisez bien ce qui va suivre. Merci.
J'ai des réserves de papier pour écrire et récupéré des stylos dans l'épave de mon cargo. Au cas vous seriez connaisseur, la bouteille est un Lambrusco de Modène, Italie. Amabile, c'est à dire sucré et doux. Mais je m'égare et mon espace est limité.
Explications.
Nous voguions sur le cargo MS Pacific Star 3, partis de Valparaiso (Chili) en route vers Dunedin (Nlle. Zélande). Notre cargaison comprenait des vins européens (voir cette bouteille) et centaines de tonnes de céréales pour petit déjeuner aux 2 chocolats.
La nouvelle du conflit mondial nous a atteint alors que nous croisions à douze milles de l'Île de Pâques, île que nous avons vu s'embraser, mystérieusement attaquée par un missile venu du ciel. Son petit frère a atteint notre navire au niveau du pont supérieur et seuls 2 mécaniciens (José et moi) avons survécu parmi l'équipage. Le bateau n'a pas coulé, a dérivé et par chance s'est échoué sur la côte Est de l'Île de Pâques, calcinée en grande partie. Plus un chat ici.
Radio HS, collègues morts, île déserte, monde peut être dévasté, en proie aux flammes et aux combats entre survivants. Que reste-t-il ?
José est mort hier d'une fièvre qui le rongeait depuis le naufrage.
J'écris ce message, avec encore 32756 bouteilles d'alcool à finir (je les ai comptées) et des millions de boîtes de céréales aux 2 chocolats.
Chaque fois que j'ai fini une bouteille, j'écris un message dedans et je le lance à la mer.
Si vous venez me chercher (27°09′S 109°27′W ), surtout amenez moi une cuillère, un bol et du lait pour mes céréales, nom d'un chien !

Un naufragé solitaire .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire