jeudi 8 décembre 2011

Vote, étranger !

Non mais, oh, là, dites donc ! Quel est ce chambard, ce débat d’arrière garde et qui renifle la fin de XIXème siècle ? Les étrangers ne pourraient pas voter ? Et on ne parle que des scrutins locaux, qui plus est… Je rêve ?
Est-ce une plaisanterie ou les prémices du retour de la gabelle ? Je prévois d’acheter une bourse pour y mettre mes écus et une armure pour me battre contre les sarrasins ?
Alors Messire le basané, vous travaillez en nos contrées et payez moult taxes, faites marcher le petit et le grand commerce, remontez à coups de joyeux bambins notre score de fertilité mais pour l’isoloir : nenni, pouik, passez vostre chemin !
Ce débat n’est même pas posable, tant il est ridicule et infâmant. Ce serait à se fêler des côtes de rire, si la réalité n’était bien là.
Avec le spectacle-qui coupe l’appétit-des visages pincés de ceux qui vous expliquent que « le citoyen, c’est la naaaation, il faut être François pour qu’ icelui voter puisse ».
Tiens, vous les notables aigris, passez donc les épreuves du 4X4 marathon triple saut de documents pour  l’avoir le joli passeport hexagonal ! (c’est une image, il est quand même rectangulaire…)
Voilà, c’est dit. Allez, fixons la durée minimale pour donner ce droit de vote à un sympathique être humain qui nous fait le plaisir de contribuer à l’effort national économique (mieux tourné que « Bambaata, Rachid et Xi vous votez pas ! », n’est-ce pas ?)
Allez 5 ans, genre quinquennat, vous voyez l’allusion ou je vous retire le doigt de vote ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire