dimanche 29 janvier 2012

10 KM en mp3

Impressions de course :« les Foulées du 8 ème », 2 boucles de 5 km dans le Paris chic, départ et arrivée Saint-Augustin.
9H20, froid polaire, je grelotte.
Tous ces coureurs avec des collants modernes genre noir liséré de fluo et moi 100% coton ! Brrr. Je m'échauffe comme je peux, courant, sautillant, tournant et virant.
9H45, départ, écouteurs enfoncés et playlist « Running ».
The Cure, Just like Heaven. Je vais suivre un lièvre portant oriflamme rouge proclamant « 1h00 ». Bon pour moi ! Homme solide qui regarde sa montre toutes les 30 ''et encourage ses suiveurs, pacifique et sympathique. New Order chante 60 miles per hour, j'avance en rythme.
Gloups, Paris ça monte, et l'avenue de Friedland en particulier. Je ne lâche pas mon bonhomme, je dois un peu serrer les dents. Hoche, dans l'autre sens, ça descend, je suis un homme pressé dit Cantat.
Courcelles, c'est quelle couleur au Monopoly ? Vive Fougères et Clisson hurlent les Ramoneurs de Menhir, je double mon modérateur d'allure.
Un type qui pousse une chaise roulante me dépasse. Son T-shirt parle d'associations de traumatisés du cerveau, je suis en sueur et Jimmy Jazz est poursuivi par la police.
Deuxième boucle, je suis chaud, je salue la statue de Balzac. Remontée de Messine (où l'on pêche la sardine) et j'en re-bave à Friedland (moins qu'un russe en 1807). James Brown me ragaillardit. Parc Monceau, les voitures bloquées par la course klaxonnent de rage.
Km 8, je peine malgré Mike Ness qui dit Making Believe. La fin approche et c'est dur. Le lièvre « 1H00 » m'a rattrapé. Il me donne une tape amicale « Presque la fin, allez, on donne tout ce qu'on a ! ». Merci ! J'allonge la foulée sur Primary des Cure et j'arrive à fond avec Arcade Fire.
59'04'', record perso battu. Yes !
Show me how you do that trick.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire