mercredi 11 janvier 2012

Heil et les Verts

Depuis la  deuxième victoire aux élections d'Edwin Cholly, le candidat unique du Green Par-Tea, (successeur de Maeva Cholly, 3 mandats), jamais les lois et règlements Ekolo-Bobios n'auront été si sévères.
Le Parlement, dissous depuis 10 ans déjà, est devenu une serre pour culture du panais sans insecticide et de la tomate jaune naine.
Plus un seul journal papier n'est autorisé, les fabricants d'imprimantes ont tous fait faillite mais les pommades anti-hémorroïdes ne se sont jamais si bien vendues (rapport direct avec la qualité Green-F des papiers toilette aux normes, qui sont assez râpeux). On peut s’habiller des tuniques règlementaires en bambou recyclable et bien sûr, pour le régime alimentaire, c’est végétarien minimum !
Le Périphérique est tellement envahi par les herbes folles non élaguables par décret que les passagers doivent pousser eux mêmes leur bus à moteur à betterave, pendant la moitié du parcours.
Plus d'ascenseur dans les immeubles, adieu à la voiture individuelle, plafond pour se chauffer fixé à 16 degrés, vacances au delà de 12 kilomètres de chez soi sur dérogation préfectorale... tout ceci est contrôlé par les BVP (brigades vertes punitives) et vous risquez de fortes amendes ou des peines de travaux forcés plutôt longues (exemple: récolte à la main de maïs sauvage dans un champ non désherbé avec des mulots gros comme des épagneuls en liberté ultra protégée).

L'autre jour, nous nous sommes réunis dans une ancienne décharge et avons prié devant des vieilles bouteilles en plastique pour que l'air soit à nouveau malsain, les poubelles pleines de bruits et le ketchup légalisé.


Il y en a même un qui nous a fait le bruit de la Harley Davidson avec sa bouche.


On ne s'en lasse pas. Il a dû recommencer dix fois de suite !
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire