samedi 28 avril 2012

Noir c'est noir !

23H35, rentre du dîner. J’ouvre ma porte chambre d’hôtel et m’y reprends à sept fois avec cette p*** de carte magnétique.
23H45, paré à dormir, nickel, dents propres, heure du lever programmée à 07H00 sur le portable. J’éteins les lumières, via interrupteurs près de la tête de lit.
23H46, lampe du bureau reste allumée, je l’éteins manuellement. Ah, mais !
23H48, la TV écran plat face au mur, rayonne de a : une horloge numérique bleu vif et b: une diode rouge diabolique qui éclaire la chambre comme un phare dans la nuit. Je bricole des caches avec les cartons « do not disturb » et un carton qui vante le bar situé sur le toit de ce fichu hôtel. Ré-extinction des feux. Triple f*** !
23H56, un rai de lumière invasif sort de sous la porte, venant du corridor éclairé 24/24 comme la cour d’Alcatraz. Je prends une serviette de la salle de bains, la roule et obstrue tant bien que mal cet interstice. Grrr !
00H02, rideaux  mal fermés, on voit encore clair dans cette chambre de m***. Séance de calage à coups de chaise de bureau et du fauteuil vert et moche. Nom d’un *** !
00H09, tourne dans le lit. Bruit dans le couloir, espagnols rentrent et hurlent pour se dire bonne nuit, pendant dix bonnes minutes.
00H23 retourne dans le lit. Rentrée d’anglais, niveau de discrétion comparable avec leurs homologues ibériques.
00H30, vais boire un verre d’eau dans la salle de bains (me cogne le pied au passage, car j’ai voulu faire le fier et ne pas allumer)
00H34, retour au lit, obscurité  correcte, tourne longtemps avant de sombrer.
05H30, réveil en sursaut ! Le client avant moi avait programmé l’alarme sur TV à cette heure atroce. Fils de *** !
06H00, regarde France 24, me rendors à moitié.
07H00, téléphone sonne l’heure du réveil.
Rêvais d’une coupure de courant généralisée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire