mardi 17 avril 2012

STOP

Syrien ne bouge, Bachar d’assaut va tous les massacrer. Madame fait les soldes, Monsieur fait le soldat. Asma sacre, elle s’en tape, les diamants sont éternels, elle est à Londres de tout soupçon. High school, high class, high blood. Talons aiguilles sous les ongles pour les opposantes, la mode à Damas est au rouge.  
Vague de protestations ou mer de sang ? Stop ! Disent les voix unies des Ligues 1, des Ligues de… des nationales et de ce qui reste des divisions d’honneur. Un concert de claques sonne, une ola là se lève, les papiers blancs, les drapeaux blancs.
Blancs comme un mort car l’Onu-nuche tousse, ça sent la Russie, on va en pied par la Chine. Concert d’abstention, de non-résolution, de démission.
Soumission sous-marine, torpilles molles, demi-sourires. Qui nous gouverne ment, et s’exportent les munitions ! Business as usual capone, on vend des mines de plomb, on va au charbon pour l’exportation.
Les Droits de l’homme sont mis d’équerre, Homs et femmes pilonnés sans pitié. Bébés biberonnées au boulet entier, mamans décapitées à la menthe, écoliers au radiateur.  
Derah-tisée, aseptisée, énuclée, carbonisée.  
Entre ici Jean Moulin, avec ton cortège d’ombres.
Assad saint, assassin, à sa fin nous prions sans fin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire