jeudi 28 juin 2012

Das Modell

Après le score historique de l’équipe de Trance de football – victoire 5 à 0 contre la Bundesteam, la presse a relaté les célébrations d’après match dans un vestiaire ouvert à tous. L’entraîneur n’a pu dissimuler ses larmes de fierté derrière d’énormes lunettes de soleil. Il a chanté en conférence de presse et a été aperçu un peu plus tard agenouillé dans la cathédrale Saint-Dannzi, cierge en main.
Le joueur engagé, Samer Ri-Ri, s’est revêtu une semaine entière de son maillot national et a posté le film sur You-Cube.
Frank Rubérol riait : « Patriotiques ça prend un « s » à la fin ? ». Il a embrassé une femme, prise pour une journaliste de « L’Epique ». Par chance, c’était une femme de ménage. Les personnels d’entretien ont fait une haie d’honneur immédiatement.
Benzémâle et Bénard-Flash n’ont cessé de se congratuler mutuellement. Ils ont été séparés par un masseur armé d’une bouteille de champagne et d’un portrait du défunt Thierro Rollo, le commentateur qui avait dit «si les joueurs montent  dans le bus sans emmener trente  de leurs fans, c’est une surprise,  non ? »
Le soir même, joueurs et remplaçants ont privatisé le Rotalyon Club, rue Claude Berry près des Champs Aiguisés, pour une soirée de Fête de la Vertu. Des indigents y sont invités par bus entiers, pauvrement vêtus et plutôt bien motivés. Les portes de la salle se sont ré-ouvertes le soir même à 22h30, dégageant un épais nuage de fumée d’encens. Premier à sortir, l’œil vif, Jéremy Mémé, les mains usées par les dons aux pauvres, soutenait un Patrick Hévror chantant la Marseillaise et fut jeté dans un taxi beige. 
Direction  Saint-Dede pour tout le monde, juste le temps de se s’entraîner en 4-2-4-2-4-2-1-4 !  Gloire ! Encore un match à gagner demain dès 18h30 contre l’Italouche du Sud !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire