samedi 1 septembre 2012

La rentrée

Oh, Septembre, ça y est tu es là. Encore un peu bronzés, nous allons au bureau, au travail, à l'usine. Pourquoi ces gens sont-ils tous énervés ? Pourquoi tant de mails dans ma boîte aux lettres ? Allez, je fais suppr. suppr. à coups d'index rangeur et rageur. Qui me veut du mal me relancera, tiens !
Septembre, tu es encore assez gentil, toi. Le soleil, notre ami, lance de jolis rayons tièdes et il ne se couche pas à un horaire de marmotte paresseuse sous somnifères. Mais, au coin du bois, les autres mois en « bre », sont tapis, mauvais et certains de leur pouvoir malsain. Les jours courts comme un salaire d'ouvrier du tiers-monde. Les nuages sales et collés sur nos têtes. La pluie qui cingle le visage. Le froid qui vous attrape par le cou. Nooooon !
Rien que de penser aux sinistres décorations de Noël posées par les mairies 6 semaines à l'avance, j'ai un haut-le-cœur !
Je rêve, je rêve, mais déjà... se hâter pour une réunion gnon, une téléconférence rance, un meeting sans les Ting-Tings ? Flûte, zut, chut. Tout ça pour être débarqué un jour ou l'autre ? Hmmm.
Pas du tout envie de jouer, les pieds dans des chaussettes pour la première fois depuis des jours et des jours.
Grrrr. Je vais acheter une brassée de tickets de millionnaire, cocher les bons 6 numéros et frotter du pouce plein de trucs à gratter.
Rentier. Voilà mon espoir, infime, ténu, de consommateur à jamais marqué par la pub du loto où l'on voyait une voiture aller dans le sens des vacances quand les embouteillages de rentrée arrivaient dans l'autre direction...celle, gluante, des foutus mois en « bre » !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire