lundi 24 septembre 2012

On n'est pas couchés : aigres zéros

Le dépeçage en règle dans cette émission d’Alain Minc et de son livre et la réaction du chroniqueur Bruno Roger-Petitdans LE PLUS du NOUVEL OBS me font bondir.
Ce qui me met en rogne est ce Tribunal de Salut Public avec cette piètre « animatrice » rousse, payé par le Service public pour dénigrer et casser avec l’impunité du peloton d’exécution face à un condamné (par ailleurs consentant, point intéressant). Qui sont-ils pour ainsi tailler en pièces et salir avec jubilation ? Ruquier ricane, s’agite, joyeux et si lâche...
Mon courroux ne s’arrête pas là !
En lieu et place d’UN seul livre (apparemment très mauvais, nous l’avions compris en 32 secondes), pourquoi n’est-il pas fait chronique de TROIS ouvrages formidables ? Enrichir le spectateur et lui proposer des points de vue passionnants, des idées nouvelles ou des auteurs qui comptent ? Cet objectif n’est pas celui de l’émission, voilà LE problème.
Quelle est la mission de la télévision publique ?
Je ne regarde jamais ce genre de show désolant où habituellement il s’agit plutôt de promotion béate. Ceux là font dans la méchanceté. Dont acte.
J’ai fait l’effort, j’ai regardé ce tabassage et me suis senti bien mal. Je ne regarderai jamais « ONPC » et me contenterai de lire des livres que l’on m’aura conseillés avec passion et intelligence, de façon positive et humaniste.
Cette « télévision » est affligeante. Populaire ? Alors il est servi un sombre brouet au peuple et il contient de puissants somnifères !
Ni passion, ni intelligence, ni humanisme.
Le pouvoir de ne pas regarder ces rebuts sordides est le seul que nous ayons à leur encontre.
Sans personne pour les écouter, ces bouffons grinçants finissent par se rhabiller et s’en retourner d’où ils viennent : le néant de la pensée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire