mercredi 26 septembre 2012

Pousse Griottes

Murchiac sur Doux, information régionale
Les Pousse Griottes, groupe contestataire régional a été condamné à 75 euros d’amende pour tapage diurne (après garde à vue 48 heures au poste de police du village voisin, à Crampon-sur-Chignon)
Les 3 jeunes femmes ont investi l’église romane du XIème siècle, puis bousculé le prêtre béninois de la paroisse et commencé un tour de chant à fort volume sonore.
Anicet Dagbo, remplaçant du défunt père Jean-Raymond Maubrac (1924-2011) a déclaré au reporter du Courrier Douxois de la République :
« Il était 18h30 environ. J’ai vu ces trois paroissiennes vêtues de couleurs vives avec leurs collants sur le visage se mettre à chanter à tue-tête devant l’autel ! J’ai ri au début, mais après quelques minutes, cela est devenu gênant. Les vitraux tremblaient. La police est arrivée au bout de 10 minutes ou 1/4 d’heure. Je ne sais pas quoi vous dire, mais je les connais ces filles, elles sont du village »
C’est Valentine Le Berlu (81 ans) qui a appelé l’agent Fernand Ledoux, en composant le 16 sur son téléphone portable à grosses touches qui ajoute :
« Dans notre église, près du confessionnal, je priais profondément, quand je fus réveillée par le spectacle affligeant de ces trois petites que j’ai vu courir sur la Place des Fusillés depuis qu’elles sont en âge de marcher ! Elles étaient déguisées et criaient des insanités. J’ai vite appelé l’agent Fernand ! »
Les trois compères, Marie-Agnès Bru (vendeuse à la mercerie 10 doigts d’or), Michelle Vialat (propriétaire du salon de coiffure Hair’ Comprimé) et Liliane Naudin (sans profession) ont finalement été libérées.
Elles ont reconnu avoir vidé ensemble une bouteille de liqueur de cerises et voulu faire entendre leur voix : « à la façon des jeunes russes comme dans l’journal »   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire