vendredi 12 octobre 2012

Arme secrète

Dans la plus grande discrétion, la e-réunion au sommet avait été organisée au e-Siège. Au 7ème e-niveau, dans la salle virtuelle du e-Conseil, feutrée à la moquette 3D épaisse et aux vitres fumées.
Jean Félicart était nerveux.
Des mois qu’il travaillait sur ce e-projet ultraconfidentiel. Pas moins de (chiffre non communicable) avait été investi auprès des plus grands e-cabinets de e-consultants. Une e-étude de marché avait été menée à bien, en prenant des précautions inouïes, via une e-cascade de sociétés-écran.
Et là, il allait avoir 20 minutes pour présenter l’idée aux plus grands e-directeurs de sa firme. Les e-Américains mutiques au menton carré, les e-Anglais dont on ne sait jamais ce qu’ils pensent, les e-Français dont on ne sait pas s’ils pensent et les e-Qataris qui n’ont pas à penser, parce qu’ils paient.
A l’heure dite, il se sentit bien petit, entre l’écran géant diffusant son « Powerpoint » 100 fois retravaillé et la gigantesque e-table 3D en « U » d’où des paires d’yeux virtuels le fixaient avec une attention réelle. En effet, la courbe des e-ventes semblait être inexorablement attirée vers le bas du tableau, quelle que fut l’énergie déployée depuis quelques mois. Et ça, les e-actionnaires ils n’aiment pas e-trop.
Il commença à dérouler son argumentation, précise, chiffrée et il arriva à la conclusion.
« Mesdames, Messieurs, voici donc le moment de vous révéler l’innovation la plus révolutionnaire au niveau commercial des 30 dernières années….. »
A la fin de son speech, il était en sueur, vidé, mais il avait révélé le e-scoop absolu, l’ultime stratégie de vente, qui allait permettre à la e-firme de caracoler en tête des e-panels de parts de marché.
Le mois suivant, on embaucha des humains pour aller démarcher les clients. Sans « e » devant…
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire