mardi 30 octobre 2012

Cold senteur

Un call center ça ne sert à rien d’autre que générer des économies financières par des rats à tableurs pour des cafards spéculateurs, ça emmerde 100% de ceux qui se voient contraints de les appeler à des prix prohibitifs. 
Cette médiocre solution de facilité n’apporte rien aux clients, est une insulte à la notion intrinsèque de service rendu et n’entretient l’illusion d’une relation humaine pour personne.
Sous-traiter tout service dû (de facto) après un paiement client quel qu’il soit (garantie, assistance, commande initiale ou supplémentaire) auprès d’étudiants sous-payés (au mieux) ou de salariés pauvres et non syndiqués dans des pays misérables (et bien pire est possible) : bas, brutal, cupide, méchant, âpre, aigre et désagréable.
A ce sujet, qu’aucune illusion ou faux semblant ne soit affiché avec fourberie servile ou hypocrisie affichée : nous haïssons les call-center à tout jamais, comme l’on déteste les furoncles, les cors aux pieds et les hémorroïdes.
Les maux précités peuvent à la rigueur se soigner, l’épidémie de cette forme de maltraitance du consommateur et maintenant du salarié en entreprise semble bien plus proche des pires maladies mortelles dont l’être humain se voit frappé.
Bon, ça c’est fait.
Maintenant je vais vous causer des meubles à monter soi-même, de la privatisation des services publics, des stock-options, des intérêts débiteurs, de la gloutonnerie financière, du RER qui est arrêté à cause d’une enclume suicidaire, de la météo qui se trompe un jour sur deux, …
Ou plutôt, non. Abordons des sujets ensoleillés.
Pour vos suggestions, merci de téléphoner au 080099999, Amadou ou Liu-Bao seront ravis de répondre à vos remarques, après que vous ayez tapé * puis 4, 1, et # ou pas, ou enter (1€ la minute plus coût forfaitaire indexé).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire