mardi 16 octobre 2012

Contre courant

-Hé bien je vais vous le dire tout net : j’aime pas votre Adèle, les Beatles m’ennuient et je conchie nickel Jackson.TF1 m’insupporte, j’ai décanillé la touche UNO de mon zappeur. Plus belle la vie me fait gerber. J’ai envie qu’un 747 atterrisse réservoirs pleins dans la piscine des décérébrés de la téléréalité. J’évite les talk-shows de léchage de bottes contre grosse promo. Je boude, l’écran plat de mon salon va durer 25 ans.
Au boulot, la banalité m’effraie, pas chouette du tout. On a tous la terreur d’être viré au coin du mois. La question n’est pas si mais quand. Un coup de flingue du CAC 40 ou un Opinel made in Wall Street entre les vertèbres. Attends-toi au pire, demande aux gars du Pirée. Ras le bol des consensus mous, de la réunionnite épuisante et des Pauver-point somnifères. J’en peux plus des téléconférences à goût fade, des managers sans poigne et des combines de pistonnés. On a fait le tour des clichés, on nous fait chanter en chœur la même rengaine pendant 2 ans, et pof, on recommence. La roue tourne, mais ce n’est pas celle de la fortune. Un diplômé d’Harvard bouffé par l’ambition chasse un zombie procédurier qui a fait l’X. Chef, vous avez vachement bien parlé, au séminaire de cadres. On avait centralisé les activités ? On délocalise à tout va. C’est l’Europe aveugle qui décidait ? Laissons place aux requins locaux. On disait : ‘ faut se diversifier ? Jamais d’la vie, on reste dans le corps bizness. Après ça, tu montes dans ton auto, elle est gris métal comme les autres et, vue de loin dans le parking, elle fait pas vraiment clash… Alors, je vais vous dire les gars, le type que vous avez connu, il a pété les plombs, il s’énerve. Il…
-Gérard, réveille-toi, quand tu t’endors en réunion, tu finis par ronfler un peu fort !           

Aucun commentaire:

Publier un commentaire